1 janvier 2024

Samuel Roces

MANAGER GÉNÉRAL

Samuel Roces, l’humain avant tout

On le revoit encore, le pas hâtif, au milieu des allées du Roc d’Azur. Quelques mots échangés, le temps de confirmer l’information : Oui, il y aurait bien une équipe Rockrider sur la scène VTT en 2022. Le temps presse. Il faut boucler le budget, convaincre le derniers pilotes, trouver un staff. Le chantier est important. Mais tellement exaltant. A 50 ans, Samuel Roces s’apprête à changer de vie pour diriger pour la première fois de sa vie une structure professionnelle. Au cours de sa carrière, le Bisontin aura été dans l’ombre de quelqu’un des grands succès du cyclisme français. Kiné de formation, il a connu les campagnes olympiques victorieuses avec Julien Absalon ou Julie Bresset. Avec l’équipe de France, et avec certaines équipes route comme tout récemment Groupama FDJ ou il était l’un des hommes de confiance de Thibaut Pinot, Samuel Roces a été au cœur du haut niveau depuis près d’un quart de siècle. Une expérience incomparable qu’il a souhaité mettre à profit dans sa discipline de cœur. Au cours de l’année 2021, c’est Julie Bresset qui fait part à Samuel du souhait de Rockrider de s’investir en compétition. La Championne olympique de Londres a été contacté par la marque lilloise mais ne souhaite pas se lancer dans l’aventure en solo. L’engrenage est lancé, il ne s’arrêtera plus. A la tête de sa structure, Samuel met l’humain, avant la performance, au centre du projet. Et ça marche. Mai 2023, quinze mois après les débuts de la structure, Joshua Dubau signe le premier podium en Coupe du Monde pour l’équipe devenue « Rockrider Ford » quelques semaines auparavant. De 28e structure mondiale en 2022, l’équipe grimpe au 3e rang planétaire en deux saisons. L’équipe grandit. L’équipe séduit. Se structure. Avec un seul et unique leitmotiv : l’humain au centre de tout.

Samuel Roces : « L’addition de belles rencontres »

« J’ai eu la chance de connaitre des personnes extraordinaires et j’espère transcrire aujourd’hui ce qu’ils m’ont apporté. Je pense à Juju (Absalon) ou un Thibaut (Pinot) dans l’approche de la performance et la détermination nécessaire des champions pour atteindre leurs objectifs. Je pense aussi à Xavier Florencio, au regretté Vincent Jacquet ou un Alvaro Pino dans le management, tous tellement différent mais dont je m’inspire chaque jour. Je n’oublie pas Julie (Bresset) qui m’a fait découvrir la spécificité d’une athlète féminine avec Jacky (Maillot) et j’en oublie encore, j’espère qu’ils ne m’en voudront pas. J’ai une grosse pensée pour mon père qui m’a inculqué à sa façon, toutes ces valeurs et qui est à l’origine de mon amour du vélo. Toutes ces personnes m’ont donné l’envie de penser à ce projet. Et comme la vie est faite de rencontres, l’équipe de Rockrider m’a donné l’opportunité de passer à l’action, je suis passé de « je ferais » à « je fais » . Ford nous a ensuite rejoint dans cette belle aventure, croyant en nos valeurs. Aujourd’hui, des partenaires nous font confiance et nous permettent de faire grandir notre bateau. Chaque membre de l’équipe, parce que l’on a tous les mêmes rames dans les mains, avance dans le même sens. Ensemble pour aller le plus loin possible. Et je n’oublierai jamais ce que j’ai pu lire pendant mes deux années au FC Nantes :  » celui qui renonce à devenir meilleur cesse déjà d’être bon. » Nous pouvons tous être fiers du travail déjà accompli. Ce n’est pas une fin en soi, juste une base solide pour l’avenir.»